Satmetrix

Votre magazine du digital

Business

Les assurances auto : ce qu’elles couvrent vraiment en cas de réparations 

Posséder une voiture implique des frais récurrents qui peuvent rapidement devenir onéreux, surtout lorsqu’il s’agit de réparer des dégâts matériels suite à une panne ou à un accident. Mais dans quels cas pouvez-vous compter sur votre assurance automobile pour prendre en charge ces coûts ? Faisons le point sur les différentes situations et les remboursements auxquels vous pouvez prétendre selon les garanties incluses dans votre contrat.

Sinistres et responsabilités : qui paie quoi ?

En cas d’accident dont vous êtes victime, c’est l’assurance du conducteur responsable qui remboursera intégralement vos réparations ainsi que les éventuels dommages corporels. À l’inverse, si votre responsabilité est engagée, seule la garantie « dommages tous accidents » vous permettra d’être indemnisé pour les réparations. Cette option est en général comprise dans les contrats d’assurance tous risques.

D’autres types de sinistres comme le bris de glace, le vandalisme, les catastrophes naturelles ou une panne mécanique peuvent aussi occasionner des dégâts matériels. Leur prise en charge dépendra alors des garanties spécifiques souscrites dans votre contrat auto.

Plafonds de remboursement et franchises

Concrètement, le montant des réparations couvert par votre assurance dépend du niveau de garanties choisi lors de la souscription. Les contrats fixent des plafonds de remboursement au-delà desquels les frais restent à votre charge. Vous devrez aussi régler la franchise, cette somme minimale dont vous devez vous acquitter avant que l’assureur ne prenne le relais.

Bon à savoir : certaines assurances proposent l’option « assurance réparations écologiques» qui encourage l’utilisation de pièces détachées d’occasion plus respectueuses de l’environnement.

Démarches et délais à respecter

Pour bénéficier d’une prise en charge, vous devez impérativement déclarer le sinistre à votre assureur dans les délais impartis :

  • 2 jours pour un vol ;
  • 5 jours en cas d’accident, incendie ou bris de glace ;
  • et 10 jours suite à une catastrophe naturelle.

Ensuite, soit les réparations sont directement réglées par l’assurance (moins la franchise), soit vous recevez une indemnisation pour réaliser les travaux.

Des réparations parfois trop coûteuses pour être remboursées

Malgré la souscription de garanties étendues, il arrive que les réparations consécutives à un sinistre ne soient pas prises en charge par votre assurance automobile. C’est notamment le cas lorsque le montant des travaux à réaliser dépasse un certain seuil par rapport à la valeur du véhicule.

Pour évaluer l’ampleur des dégâts, votre assureur mandate un expert indépendant qui se charge d’établir un rapport détaillé. Si le coût des réparations avoisine ou dépasse la valeur vénale du véhicule, ce dernier est déclaré économiquement irréparable (VEI).

Plutôt que d’engager des frais disproportionnés, l’assurance préfère alors vous indemniser en se basant sur la valeur de remplacement à dire d’expert (VRADE). Cette somme tient compte de différents critères comme l’âge, le modèle et l’état général de la voiture avant le sinistre.

Au-delà des réparations liées à un accident, une panne ou un acte de vandalisme, l’assurance auto ne prend pas en charge les frais relevant de l’entretien normal du véhicule. Ainsi, le remplacement des pièces d’usure comme les plaquettes de frein, les ampoules, la batterie ou encore la courroie de distribution reste à vos frais. Il en va de même pour les révisions périodiques préconisées par le constructeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 8 =